Échangeur I et II

En 2000 puis en 2001, l’AGAVF coordonnait deux projets d’envergure : L’Échangeur I puis II, un projet pan canadien de résidences d’artistes qui voyait, en deux ans, 35 artistes participer à un projet de résidence et d’échange dans divers lieux à travers le pays.

La naissance de ce projet remonte à 1998, lorsqu’un groupe d’artistes s’interroge sur la manière de briser l’isolement des artistes visuels éloignés en région, que ce soit à Moncton, Sudbury ou aux quatre coins du Québec. L’idée d’une sorte de réseau pour se rencontrer, créer et exposer prend forme : cela donnera L’Échangeur.

La première édition a vu le jour en 2000, avec trois centres d’artistes participants : à Moncton, la Galerie Sans Nom et Imago; à Rouyn-Noranda, L’Écart… .Lieu d’art actuel; et à Sudbury, la Galerie du Nouvel-Ontario.  Quinze artistes participent à ce projet, du 2 septembre au 14 octobre 2000, encadrés par la commissaire Annie Molin Vasseur qui a proposé le thème Extensions intimes, dont les artistes s’inspirent pour leur travail. Le projet s’avère un succès retentissant, tant pour les artistes que pour le public qui assiste à des créations en direct et à des expositions.

En 2001, c’est la deuxième édition de ce projet, avec l’ajout d’un lieu : la Maison des artistes visuels francophones (MAVF) de Winnipeg, s’ajoute à la liste des centres qui participent.  Dix-neuf artistes prennent part à L’Échangeur qui, cette année-là se déroule sous le thème Histoire de sens, toujours sous la houlette de la conservatrice Annie Molin Vasseur. Cette fois, le projet a une saveur internationale puisque le centre d’art de Rouyn accueille trois artistes français.

Ces projets se sont terminés par un voyage d’échange à Paris et par la publication de deux ouvrages critiques.